La rabette

dimanche 19 mars 2017
par  Francis RENOUT
popularité : 3%

Récolte de rabette à Malleville les Grès

PNG - 481.4 ko

Malleville les Grès,village du Pays de Caux, situé sur une hauteur entre deux vallées, bordée par Veulettes sur mer, Vittefleur et Auberville la Manuel, fut une seigneurie au XIII ème siècle. Autrefois appelé Malleville les Grais ou Malleville sur Durdent, cette paroisse devrait son nom Malavilla, à l’insalubrité des marais voisins et le qualificatif « grès », à la nature de son sol. Entre 1722 et 1780, sa population était de 46 feux.

PNG - 605.7 ko

Ce fief a appartenu depuis au moins le XII ème siècle aux seigneurs de Canouville, une des plus ancienne famille de Normandie. L’un d’eux accompagna le Duc Guillaume de Normandie lors de la conquête de l’Angleterre.

PNG - 904.3 ko

Au début du XVIII ème siècle, depuis le 16 juillet 1711, la cure était représentée par François Paperolle, prêtre, suite à la démission de Me Louis Philippe de Guilbert des Essarts. C’est en lisant une déclaration des biens et revenus de la cure datant du 12 décembre 1726 relevé par ce prêtre, que je fut intrigué par une récolte particulière : la rabette ! Son prix était fixé à 3 livres le boisseau.

PNG - 820.5 ko

Qu’était-ce que cette plante cultivée dans le Pays de Caux et à quoi servait-elle ?

La rabette est un des noms vulgaires du chou-rave, et surtout de la variété oléifère, qu’on nomme encore navette dauphinoise et que l’on cultive comme plante oléagineuse. On la nomme aussi ravette.

Les rabettes ou navettes sont cultivées pour leurs graines oléagineuses ou comme plante fourragère. La graine contient entre 30 et 35 % d’huile au goût de chou et de navet. la navette appartient à la famille des crucifères.

PNG - 965.6 ko

La plante est cultivée en France dès le XVIe siècle, mais la production a pratiquement disparu après la Seconde Guerre mondiale. Elle a été remplacée par le colza dont le rendement à l’hectare est supérieur et dont la graine donne une quantité d’huile plus importante (40 à 45 %).

Revenons à notre prêtre ! Celui-ci, né vers 1675, fils d’Alexandre Paperolle, bourgeois d’Yvetot, décéda le 15 avril 1737 et fut inhumé dans le cimetière de la paroisse de Malleville. Sa pierre tombale fut encastrée plus tard dans la muraille, à l’intérieur de l’église Saint Michel de Malleville, sur le bas de la nef.

PNG - 323.5 ko

En avril 1737, Mr Antoine Alexandre de Canouville, marquis de Raffetot, présenta pour lui succéder, Me Marc Antoine Dorye du diocèse de Saintes qui prit possession de la cure le 24 avril, ainsi que le constate un procès verbal dressé par Me Heuzé, notaire à Cany.

PNG - 370.9 ko

F.Renout
Sources : ouvrage de Charles Leroy et Archives départementales


Documents joints

PDF - 1.2 Mo