Gatine, Lanté et pécheux ; dessinateurs, graveurs et peintres

lundi 11 décembre 2023
par  Francis RENOUT
popularité : 2%

Le point en commun de ces trois personnages, sont les superbes illustrations en couleurs de costumes normands, du début du XIX ème siècle. Je fus attiré plus particulièrement par les costumes des cauchoises de cette époque. On compte pas moins de 105 planches gravées d’après Georges Jacques Gatine et Louis Marie Lanté et quelques unes de Pécheux.

PNG - 316.4 ko


Georges Jacques Gatine :

Georges Jacques Gatine, normand, naît à Caen, le 30 août 1773. C’est un peintre graveur français qui a travaillé en particulier avec le dessinateur et illustrateur Louis Marie Lanté et collaboré au journal « des dames et des modes » de l’abbé de la mésangère. Simple graveur de mode, il a trouvé le moyen de se faire un nom connu. Gatine fut le graveur attitré de l’abbé de la Mésangère, ecclésiastique austère, qui fut directeur du journal des dames. Ce dernier, personnage assez original, ne sortait jamais sans entrer dans un magasin pour s’acheter un habit ou autre objet de toilette. A sa mort, on trouva chez lui, mille paires de bas, deux cent paires de souliers, cent chapeaux etc....

A l’âge de quinze ans, il commence à dessiner et sera élève de Leroy.

PNG - 460 ko

Georges Jacques dessine les costumes de femmes de divers pays:Hollande, Suisse, Espagne, Royaume de Naples, du Tyrol ; la galerie française des femmes célèbres par leur talent, leur rang et leur beauté ;PNG - 337.7 ko les ouvrières de Paris (de la petite bourgeoise à la blanchisseuse, cuisinière, ouvreuse, repasseuse ou artiste dramatique) ; et ce qui nous intéresse particulièrement : les costumes des femmes du Pays de Caux et de Normandie.

PNG - 530.1 ko

En 1820, il fit la lithographie d’une porteuse d’eau à Saint Valery en Caux et autres cauchoises dans diverses tenues.

PNG - 1023.3 ko

Il exercera son activité de 1788 à 1841. En 1824, il demeurait place de l’esplanade, à Paris.

PNG - 502.8 ko

En 1827, à Paris, il fait publié avec Lanté un livre intitulé : « Costumes de femmes du Pays de Caux et de plusieurs autres parties de l’ancienne province de Normandie ». (dessinés par Lanté, gravés par Gatine ; les notices sont de Pierre de la Mésangère). Ce livre sera imprimé par le Goupy et tiré à 275 exemplaires.

http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article3186

PNG - 490.3 ko

Agé de 74 ans, il meurt à Paris le 29 janvier 1848 et est inhumé le surlendemain au cimetière de Montparnasse.

PNG - 496.4 ko

Benoît Pécheux :

Peintre de grand renom, né en 1779 à Rome, en Italie, où il fait ses études de peinture. Il fut élève de son père Laurent Pécheux (né le 17 juillet 1729 à Lyon, mort le 1 juillet 1821, à Turin).

PNG - 254.3 ko

En 1796, il fut nommé professeur de l’académie royale de peinture et de sculpture de Turin. Spécialiste de fresques à l’italienne, il dirige en France, à Paris, un atelier de peintres italiens ambulants, suite à son émigration.

En 1811, la fabrique de l’église d’Yvetot s’adresse à lui pour décorer la chapelle de la vierge. La même année, il décore la coupole de Saint Romain, à Rouen. Il est aussi appelé à Limpiville, à Fécamp et au Havre.

PNG - 516.5 ko

Les dimanches et jours de fêtes, il côtoie les cauchoises parées de coiffes originales et il les dessine avant de rentrer à Paris.

Louis Marie Lanté :

Il naît le 4 juillet 1789, à Paris. Il est peintre, dessinateur et illustrateur. Il fut élève de Vaudoyer. Il participe également à la production des suites de planches de grand format que le journal « des dames et des modes » édite.

Après le retour de Pécheux à Paris, la Mésangère qui dirige dans la capitale le journal « des dames et des modes », envoie à son tour un artiste chargé de faire un reportage plus complet : c’est Louis Marie Lanté.

En 1819, Louis Marie séjourne dans le Pays de Caux et dans la province normande, fréquentant les foires et les bords de côtes, pour fixer sur le papier les particularités des costumes des personnes de l’époque.

Louis Marie décède le 3 janvier 1871, à Fontainebleau.

PNG - 442.8 ko

L’habillement cauchois autrefois :

Le costume des jours : ouvriers, artisans et paysans :

http://jeanneton-folklore-normandie.over-blog.com/article-le-costume-des-jours-ouvriers-artisans-et-paysans-51708737.html

Les costumes au travers d’une exposition :

http://lescaletesdethietreville.over-blog.com/pages/Les_costumes_a_travers_une_exposition-1103411.html

Musée des traditions et art normand à Martainville :

https://youtu.be/zlzEACd0BSo

Epilogue :

Ces trois personnages ont laissé un témoignage inestimable, élégant et raffiné, des tenues féminines des XVIII et XIX ème siècles.

Francis.Renout
(Administrateur cgpcsm)

Sources :
Charles Gabet (Dictionnairedes artistes de l’école française au XIX ème siècle-1834)
Gallica (les graveurs du XIX ème siècle par Henri Béraldi)
M. Bruneau (connaître Rouen)
Jean Benoît Désiré Cochet (les églises de l’arrondissement d’Yvetoy)
Le rond cauchois (costumes des jours)
Les calètes de thiétreville (les costumes à travers une exposition)