Meurtre à Envronville en 1802

dimanche 11 juin 2017
par  Francis RENOUT
popularité : 2%

PNG - 352.3 ko

Envronville est un village rural typique du Pays de Caux, qui a porté les noms d’Ouvrouville, puis Anvrouville.

En 1801 il prend le nom d’Envronville.Cette paroisse est entourée de Cliponville, Rocquefort, Hautot-le-Vatois, Saint-Pierre-Lavis et Bermonville.

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

A cette époque c’est François Adrien des Champs de Boishébert, né le 15 mai 1748 à Cliponville, fils d’Antoine Adrien et de Catherine Aubert de Beaucourcel, qui est seigneur d’Envronville, Cliponville, Hautot-le-Vatois, etc…

Il a été reçu page du roi en sa petite écurie en juillet 1762, puis il est capitaine au Royal-Etranger. Il épouse le 20 août 1771 à Offranville Gabrielle Chauvin d’Offranville.Il sera maire de Cliponville pendant l’empire et réélu en 1815.Il décèdera au château de Cliponville en 1816.

PNG - 497.7 ko

Pour en revenir à notre affaire, c’est donc dans ce village, qu’eut lieu le meurtre de Nicolas Quibeuf, le 24 thermidon de l’an X (12/08/1802), comme relaté dans le procès verbal qui consigna l’événement dans les archives de cette paroisse.(photos ci-jointes)


Nicolas Barbe Etienne Quibeuf
, fils de Nicolas, toilier,marchand, puis cultivateur, et de Marie Madeleine Douyère, est né le 9 décembre 1761 à Hautot le Vatois.

Il va se marier le 24 novembre 1789 en cette même paroisse avec Marie Anne Mardeley.De ce mariage naîtra un fils Nicolas en 1792 et trois filles Marie Anne, Monique et Françoise en 1790,1794 et 1799 à Hautot le Vatois, lieu où il sera domicilié sa vie durant.

C’est donc à 4h du matin que Nicolas devait décédé à Envronville, dans une cavée, tué d’un coup de feu, tiré à bout portant.
Il est probable que les emplois de garde champêtre et de garde particulier de Nicolas ne sont pas étrangers à son meurtre. Ce genre de fonctions peut entraîner des rancunes personnelles.

PNG - 1.2 Mo

Gille Urbain Delahais, substitut du commissaire du gouvernement auprès du tribunal criminel du département de la Seine-Inférieure pour l’arrondissement communal d’Yvetot, accompagné du citoyen Pierre Grenet, officier de santé demeurant à Yvetot, s’est transporté au domicile de François Lemetayer pour rechercher les auteurs du délit et les faire saisir si faire se peut.

Ils ont été rejoins par le citoyen Richard Bradechart, juge de paix du canton de Fauville en Caux, accompagné du citoyen Fretel son greffier, et du citoyen Joseph Talham, officier de santé demeurant à Fauville, ainsi que du citoyen François Poudrière, adjoint au maire d’Envronville, et du citoyen Cormontagne, brigadier de gendarmerie de l’arrondissement d’Yvetot.

PNG - 984.9 ko

Après s’être rendus - à l’exception du citoyen Cormontagne chargé d’une autre mission - au dessus d’une cavée à peu de distance de l’église d‘Envronville, la ditte cavée nommée vulgairement "cavée de Belliard", faisant partie du chemin d’Envronville à Cliponville, ils ont trouvé un grand nombre de personnes rassemblées au dessus de cette cavée allant vers l’église, à l’encoignure de la masure occupée par Antoine LA Hure et la terre en labour dudit citoyen Belliard.

Au milieu de ce rassemblement se trouvait le cadavre d’un homme renversé la face contre terre, taille d’environ 1 mètre 70, vestu d’une veste et d’un gilet de siamoise rouge, bleue et rouge, pantalon de toile rayée bleu et blanc, bas de fil bleu et blanc à l’éguille, gros souliers, la teste couverte d’un bonnet de coton blanc, ayant une carnassière passée en bandollière et devant luy un fusil chargé mais non armé.

PNG - 1 Mo

Après avoir retourné le cadavre, l’individu apparu agé de 44 à 45 ans, cheveux bruns en rond, visage allongé et maigre, le nez long.

Les personnes présentes furent interpellées et ont presque toutes répondues qu’elles reconnaissaient parfaitement le cadavre pour être celui de Nicolas Quibeuf fils, marié, garde champêtre de la commune de Hautot le Vattois et garde particulier des propriétés des citoyens François Le Metayer, cultivateur à Envronville et de ses frères, et du citoyen Dechamps du Bois Hébert de Cliponville.

PNG - 417.1 ko

Ensuite, les citoyens Grenet et Talham officiers de santé, ont procédé à la visite dudit cadavre tant externe qu’à l’intérieur, ce qui a fait remarquer que les gilet et veste dudit Quibeuf étaient brulés et percés vers la partie inférieure gauche de la poitrine, que ces vêtements étaient, par le devant, en très grande partie teintés de sang. Lesdits gilet et veste furent retirés et serviront de pièces à conviction.

Les officiers de santé ont également remarqué une brulure sous le bras gauche près de l’aisselle, un trou à l’abdomen et autres constatations dont je vous passe les détails comme les grains de plomb retrouvés dans le corps et qui serviront également de pièces à conviction. Ils en ont déduit que la cause de la mort dudit Quibeuf provient d’un coup de feu tiré à bout portant.

Le procès verbal de cette triste affaire a été rédigé dans la maison dudit François Le Métayer.

Je ne sais pas si le ou les meurtriers furent arrêtés...............................

❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉•══•❉

F,Renout
Source : procès verbal sur les Archives départementales


Documents joints

PDF - 158.1 ko